top of page

Déjouez les pièges du cerveau des dirigeants

Dans le monde des affaires, les dirigeants jouent un rôle crucial dans la prise de décisions stratégiques pour leurs entreprises.


Souvent, on pense que ces choix sont basés sur des raisonnements logiques et une analyse approfondie des données disponibles.


Cependant, ce que la plupart des dirigeants ne réalisent pas, c'est que leur propre cerveau peut parfois les piéger et les amener à prendre des décisions irrationnelles malgré leurs meilleures intentions.


Dans cet article nous allons voir :

1. Le biais de sur confiance

2. L'effet d'ancrage

3. L'aversion à la perte

4. Le biais « sunk cost fallacy » ou l'effet de coût irrécupérable

5. Le biais de confirmation

6. L'effet de halo

7. Le biais de représentativité

8. L'illusion de contrôle

9. L'effet de statu quo

10. Le biais de récence

11. L'excès d'optimisme


Prêt à identifier et à déjouer les pièges du cerveau des dirigeants?


Le cerveau des dirigeants : entre rationalité et biais

pièges-du-cerveau-des-dirigeants

Le cerveau humain est complexe et capable d'une grande rationalité, mais il est aussi sujet à de nombreux biais cognitifs. Ces biais sont des raccourcis mentaux que notre cerveau prend pour traiter rapidement l'information et faciliter la prise de décision. Malheureusement, ces biais peuvent également conduire à des erreurs et à des jugements biaisés.


1. Le biais de sur confiance des dirigeants


L'un des pièges les plus courants dans le cerveau des dirigeants est le biais de sur confiance.

En raison de leur position de pouvoir et de leur expérience réussie, les dirigeants peuvent surestimer leur capacité à prendre les bonnes décisions. Ils peuvent sous-estimer les risques potentiels ou ignorer les avertissements de leur équipe.


2. L'effet d'ancrage des dirigeants


Les dirigeants sont souvent confrontés à des décisions financières cruciales, comme l'évaluation de la valeur d'une entreprise ou la fixation des prix des produits. L'effet d'ancrage intervient lorsque le premier chiffre auquel on est exposé influence notre prise de décision. Les dirigeants peuvent ainsi être influencés par des données financières initiales, même si celles-ci sont erronées.


3. L'aversion à la perte des dirigeants


Le cerveau des dirigeants peut également être affecté par l'aversion à la perte. Cela signifie qu'ils peuvent être plus préoccupés par les pertes potentielles que par les gains, ce qui peut les amener à prendre des décisions trop prudentes et à éviter des opportunités qui pourraient être bénéfiques pour l'entreprise.


4. Le biais « sunk cost fallacy » ou l'effet de coût irrécupérable

Ce biais se produit lorsque les dirigeants considèrent les ressources (temps, argent, efforts) qu'ils ont déjà investies dans une entreprise ou un projet comme un coût irrécupérable, et cela influence leur décision de continuer à investir davantage, même lorsque les perspectives de réussite sont incertaines ou que les bénéfices futurs sont peu probables.

Cela peut entraîner une mauvaise allocation des ressources et une persistance dans des projets infructueux, simplement parce qu'on ne veut pas abandonner après avoir déjà tant investi.


5. Le biais de confirmation des dirigeants


Le biais de confirmation survient lorsque les dirigeants recherchent, interprètent ou privilégient sélectivement les informations qui confirment leurs croyances préexistantes. Ils peuvent ignorer ou minimiser les données qui contredisent leurs opinions, ce qui peut entraîner une prise de décision biaisée et incomplète.


6. L'effet de halo des dirigeants


L'effet de halo se produit lorsque les dirigeants généralisent leur impression positive (ou négative) d'une personne, d'un produit ou d'une entreprise à d'autres aspects de cette entité. Par exemple, si un dirigeant a une bonne impression d'un employé en raison de ses compétences techniques, il peut supposer que cette personne est également compétente dans d'autres domaines, ce qui peut ne pas être le cas.


7. Le biais de représentativité des dirigeants


Le biais de représentativité pousse les dirigeants à tirer des conclusions basées sur des stéréotypes ou des schémas mentaux préétablis. Ils peuvent faire des jugements rapides en se basant sur des similitudes superficielles, ce qui peut les amener à sous-estimer les différences significatives ou les nuances importantes.


8. L'illusion de contrôle des dirigeants


L'illusion de contrôle est le sentiment excessif de contrôle que les dirigeants peuvent ressentir sur des événements ou des situations.

Ils peuvent surestimer leur capacité à influencer les résultats et négliger les facteurs externes qui peuvent également jouer un rôle dans les résultats.


9. L'effet de statu quo des dirigeants


L'effet de statu quo se manifeste lorsque les dirigeants préfèrent maintenir la situation actuelle plutôt que de prendre des décisions de changement. Ils peuvent être réticents à sortir de leur zone de confort, même si cela pourrait être bénéfique pour l'entreprise à long terme.


10. Le biais de récence des dirigeants


Le biais de récence conduit les dirigeants à accorder une importance excessive aux informations récentes par rapport aux données historiques ou à long terme. Cela peut entraîner des décisions impulsives ou des réactions excessives à des événements temporaires.


11. L'excès d'optimisme des dirigeants


Les dirigeants peuvent être enclins à l'excès d'optimisme, croyant que les résultats positifs vont se poursuivre indéfiniment, même en l'absence de preuves solides pour étayer cette croyance. Cela peut les amener à négliger les risques potentiels et à prendre des décisions basées sur des attentes irréalistes.


Il est important que les dirigeants prennent conscience de ces biais cognitifs et s'efforcent de les surmonter en adoptant une approche réflexive et ouverte à la critique. En encourageant une culture d'apprentissage et en favorisant la diversité des opinions au sein de l'entreprise, ils peuvent prendre des décisions plus éclairées et équilibrées pour le succès à long terme de leur organisation.


Comment éviter les pièges du cerveau des dirigeants ?


Heureusement, il existe des moyens pour les dirigeants de contrer ces biais cognitifs et de prendre des décisions plus éclairées :


1. La prise de conscience des pièges du cerveau des dirigeants


La première étape consiste à être conscient de l'existence de ces biais cognitifs. Les dirigeants doivent reconnaître que même les esprits les plus brillants ne sont pas à l'abri des erreurs de jugement. En comprenant ces pièges, ils seront mieux préparés pour les éviter.


2. L'écoute active de l'équipe pour éviter les pièges du cerveau des dirigeants


Les dirigeants devraient encourager une culture d'écoute active au sein de leur entreprise. L'équipe de direction, ainsi que les employés, peuvent apporter des perspectives différentes et importantes pour évaluer les options stratégiques. Cela permettra de minimiser les effets de la surconfiance et de l'aversion à la perte.


3. L'accompagnement et le coaching pour ne pas tomber dans les pièges du cerveau des dirigeants


Un accompagnement extérieur sous la forme de coaching peut être extrêmement bénéfique pour les dirigeants.

Un coach peut aider à identifier les biais cognitifs spécifiques auxquels le dirigeant est confronté et fournir des outils pour les surmonter. Le coaching permet également d'améliorer les compétences en prise de décision et de renforcer la résilience émotionnelle face à la pression.



Le cerveau des dirigeants est un organe puissant, mais il est loin d'être infaillible. En comprenant les biais cognitifs auxquels ils sont sujets, les dirigeants peuvent prendre des décisions plus éclairées et éviter les pièges qui peuvent entraver leur succès. En encourageant une culture d'écoute et en s'entourant de soutien externe, les dirigeants peuvent accroître leur efficacité et atteindre de nouveaux sommets pour leur entreprise.


En tant que dirigeant, vous êtes vous déjà retrouvé piégé par votre cerveau?


Pour découvrir comment concrètement améliorer votre performance commerciale:



bottom of page