top of page

Comment les Industries créent des Croyances Collectives pour Mieux Vendre

Les industries ont souvent recours à des croyances collectives pour influencer les comportements des consommateurs et augmenter leurs ventes. Dans cet article, nous explorerons quelques exemples de croyances largement répandues qui ont été utilisées pour promouvoir des produits et services.



 

Faire 10 000 pas par jour pour être en forme :

 - Origine : Dans les années 1960, au Japon, un podomètre appelé "manpo-kei" (qui signifie "compteur de 10 000 pas") a été commercialisé. Ce chiffre a été choisi de manière arbitraire, sans fondement scientifique, mais il a été adopté par de nombreuses campagnes de promotion de l'activité physique.

 - Impact commercial : Des bracelets et applications de suivi d'activité ont popularisé l'objectif des 10 000 pas, incitant les gens à acheter ces dispositifs pour surveiller leur activité physique.

 

Boire 1,5 litre d'eau par jour pour s’hydrater :

 - Origine : En 1945, aux États-Unis, le Conseil National de Recherche a publié un rapport recommandant qu'un adulte consomme environ 2,5 litres d'eau par jour, dont une partie provenant des aliments. Cependant, cette recommandation a été mal interprétée, omettant la part d'eau apportée par les aliments.

 - Impact commercial : L'industrie de l'eau embouteillée a profité de cette croyance en promouvant la consommation quotidienne de 1,5 litre d'eau, incitant les gens à acheter des bouteilles d'eau.

 

Manger cinq fruits et légumes par jour pour prévenir les maladies :

 - Origine : Dans les années 1990, en France, le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a lancé le slogan "Mangez au moins cinq fruits et légumes par jour". Cette recommandation s'est inspirée d'études épidémiologiques internationales.

 - Impact commercial : L'industrie alimentaire a promu des jus de fruits, des smoothies et des salades préemballées pour répondre à cette croyance, incitant les consommateurs à acheter davantage de produits à base de fruits et légumes.

 

 Dormir huit heures par nuit pour récupérer :

 - Origine : Au début du XXe siècle, avec l'avènement de l'électricité et des modes de vie modernes, le sommeil a été réduit à une phase unique d'environ huit heures. Auparavant, les gens dormaient en moyenne neuf heures par nuit, avec une période de sommeil biphasique.

 - Impact commercial : L'industrie des matelas, des somnifères et des applications de suivi du sommeil a capitalisé sur cette croyance en proposant des solutions pour améliorer la qualité du sommeil.

 

Prendre des vitamines pour renforcer son système immunitaire :

  - Origine : Dans les années 1930, la découverte des vitamines a conduit à la croyance que la prise de suppléments vitaminiques renforcerait le système immunitaire.

  - Impact commercial : L'industrie des compléments alimentaires a prospéré en vendant des vitamines et des suppléments, incitant les consommateurs à croire qu'ils amélioreraient leur santé.

 

Le petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée :

Origine : Cette croyance remonte au début du XXe siècle et a été popularisée par des campagnes publicitaires. L’idée était de promouvoir les céréales pour le petit-déjeuner.

Impact commercial : L’industrie des céréales a prospéré en vendant des produits spécifiquement destinés au petit-déjeuner.


Les produits sans gluten sont plus sains :

Origine : La popularité du régime sans gluten a conduit à la croyance que les aliments sans gluten sont intrinsèquement plus sains.

Impact commercial : L’industrie alimentaire a créé une variété de produits sans gluten, incitant les consommateurs à les acheter.

 

Les produits naturels sont toujours meilleurs :

Origine : L’idée que les produits naturels sont plus sains et plus sûrs est répandue depuis longtemps.

Impact commercial : L’industrie des produits naturels et biologiques a profité de cette croyance en proposant des alternatives “naturelles”.

 

Les régimes détox nettoient votre corps:

Origine : La notion de “détox” est apparue dans les années 2000. Elle prétend éliminer les toxines du corps.

Impact commercial : L’industrie des compléments alimentaires et des jus détox a prospéré en capitalisant sur cette croyance.

 

Les aliments faibles en gras sont meilleurs pour la santé :

Origine : Dans les années 1980, la lutte contre les graisses saturées a conduit à la promotion d’aliments faibles en gras.

Impact commercial : L’industrie alimentaire a créé de nombreux produits allégés en matières grasses pour répondre à cette croyance.

 

Quelques exemples de PME qui ont utilisé des croyances collectives :

 PME dans l’alimentation bio : 

En se positionnant sur les valeurs de santé et de durabilité, une PME peut créer une croyance collective autour de l’importance de consommer bio et local.


PME dans la mode éthique : 

En mettant en avant des pratiques de production responsables et équitables, une PME peut influencer les croyances collectives sur la consommation de mode consciente.


PME technologique : 

En insistant sur l’innovation et la technologie au service du bien-être, une PME peut façonner des croyances collectives sur l’importance de l’innovation dans la vie quotidienne.

Ces croyances collectives ont été habilement utilisées par les industries pour façonner nos comportements et nos choix d'achat.


Mais nous en sommes en partie responsables car nous avons « envie » d’y croire

 

1. Simplicité et commodité :Les croyances simples sont plus faciles à comprendre et à retenir. Elles offrent des solutions claires et directes à des problèmes complexes. Par exemple, l'idée de boire 1,5 litre d'eau par jour est simple à suivre, même si elle est basée sur une interprétation erronée.

 

2. Autorité et confiance : Lorsque des experts, des célébrités ou des figures d'autorité soutiennent une croyance, les gens ont tendance à la croire. Par exemple, si un médecin recommande de prendre des vitamines, cela peut renforcer la confiance dans cette pratique.

 

3. Répétition et familiarité : Plus une croyance est répétée, plus elle devient familière et crédible. Les campagnes publicitaires, les médias sociaux et les discussions entre pairs contribuent à la propagation de ces croyances.

 

4. Biais de confirmation : Les gens ont tendance à rechercher des informations qui confirment leurs croyances existantes. Si quelqu'un croit que manger cinq fruits et légumes par jour est bénéfique, il cherchera des preuves pour étayer cette croyance.

 

5. Besoin de contrôle et de sécurité : Les croyances offrent un sentiment de contrôle et de sécurité. Par exemple, croire qu'un régime détox nettoie le corps peut donner l'impression de prendre soin de sa santé.

 

En fin de compte, les croyances collectives sont influencées par des facteurs psychologiques, sociaux et culturels.

Il est important d'examiner de manière critique ces croyances et de rechercher des preuves scientifiques avant de les accepter.

Il est essentiel d'être conscient de ces influences et de rechercher des informations basées sur des preuves scientifiques avant d'adhérer à une croyance particulière.


Face à l’ingéniosité des industries pour tisser des croyances collectives qui façonnent nos habitudes de consommation, ne devrions nous pas nous interroger sur notre propre rôle dans l’acceptation et la perpétuation de ces idées ?


Avez-vous d’autres exemples et pensez vous par exemple que la voiture électrique entre dans le cadre d’une fausse croyance collective ?


Patrick Boukobza - Boss Développement


Cet article vous a plu ? Abonnez vous

bottom of page